Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Livret scolaire / livret personnel de compétences

le 2 décembre 2010


Encore une fois, on est dans le constat quasi officiel d’une juxtaposition liée à deux dispositifs ministériels et dans un laisser-faire administratif qui abandonne aux personnels la gestion financière et pédagogique du problème...

 

Livret scolaire / livret de compétences : deux outils à renseigner…
 
Depuis cette année, sur tout le territoire, le livret personnel de compétences devient obligatoire pour tous les élèves
Il vient maintenant en supplément du livret scolaire ?
Tous les enseignants se posent des questions se voyant dans l’obligation de remplir pour chaque élèves 2 livrets.
 
Les textes que nous avons rassemblés aboutissent à une mise en garde : " il y a des risques de confusion et de substitution qui peuvent apparaître dans la juxtaposition de ces différents livrets, entraînant les équipes pédagogiques dans des pratiques incohérentes et parfois opposées aux objectifs fixés". L’inspection générale est consciente d’un surcroît de travail et « espère » rapidement un outil informatique…
Remarquons au passage la désinvolture ministérielle qui abandonne aux écoles la charge de reproduction de ces livrets personnels… Si l’on suit à la lettre le texte d’Eduscol de juillet 2010, il faudrait même le reproduire en double puisqu’ « à la fin du CM2 le livret est transmis aux parents ou aux responsables légaux et au collège ».
 
Mais au-delà de ces constats, les maîtres sont toujours dans le questionnement. Des équipes de circonscriptions, voire des IEN conseillent à demi-mot sans rien écrire des stratégies de renseignement rapides...... Des départements travaillent sur un livret électronique qui fait à la fois « fiche navette » pour les parents par période avec les compétences évaluées et « livret de validation des compétences du socle en fin de cycle ». Chacun invente dans son coin...
Encore une fois, on est dans le constat quasi officiel d’une juxtaposition liée à deux dispositifs ministériels et dans un laisser-faire administratif qui abandonne aux personnels la gestion financière et pédagogique du problème...
 
Que disent les textes ? Pas grand chose pour nous aider. Seuls les inspecteurs généraux semblent conscients du problème...
 
Du livret scolaire au livret personnel de compétences. Historique
 
  • Le livret scolaire.
    "La loi de juillet 1989 qui organise les cycles à l’école maternelle et élémentaire officialise dans le décret du 6 septembre 1990 le passage du bulletin au livret scolaire pour rendre compte des résultats des élèves".
  • Vers un livret personnel de l’élève ou livret de compétences
    « La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'École, du 23 avril 2005, en instituant le socle commun de connaissances et de compétences, marque un tournant dans les prescriptions institutionnelles relatives à cette délicate question de l’évaluation des acquis des élèves. La définition du socle commun s’accompagne de l’obligation de mise en oeuvre d’un « livret personnel de l’élève », destiné à « suivre l’acquisition progressive de compétences » .
    Un arrêté et un décret BO N°22 du 7 juin 2007 instituent le livret personnel de compétences à mettre en place dès le cycle des apprentissages fondamentaux. Il doit suivre l’élève tout au long de sa scolarité et est complété par diverses attestations (B2i, attestation de sécurité routière, etc...). Il est donc rempli par le conseil de cycle à la fin du CE1 et du CM2 et par le professeur principal en 6ème et en 3ème.
    Pour l’année scolaire 2007-2008, deux modèles de livrets de compétences seront expérimentés à partir de la Toussaint 2007 dans une circonscription par académie. « La version définitive du livret de compétences sera arrêtée en juin 2008 et sa généralisation sera effective à la rentrée 2008 ».
  • Un outil pour les familles…
    Les livrets de compétences sont conçus comme des outils simples destinés aux familles. Cela répond à une observation du rapport de l’Inspection générale de l’Education nationale sur les livrets de compétences qui incitait à une reconstruction de l’information pour la rendre accessible aux parents. « L’expérience montre qu’il est très difficile d’avoir avec les parents des échanges dans les mêmes termes que ceux que l’on tient entre professionnels. Cela n’est pas lié au statut social des parents ni à leur niveau d’instruction mais aux objectifs mêmes de ces échanges qui ne sont pas de même nature.
    C’est une situation évidente dans tous les domaines où des usagers, des patients, etc... ont à faire à des professionnels qui doivent d’une part penser et organiser leur pratique et d’autre part l’expliquer : cela passe par une reconstruction.
    L’information due aux parents sur la situation scolaire de leur enfant, condition du dialogue constructif qui doit s’établir entre eux et les enseignants, nécessite aussi une reconstruction afin de lui donner une forme adéquate. Elle ne peut prendre simplement appui sur les outils de suivi des enseignants. Elle reste aujourd’hui un point sensible n’ayant pas vraiment trouvé son équilibre » .
  • Un outil pour l’élève ?
    Dans les réseaux ambition réussite le livret de compétences (circulaire N°2006-058 du 30 avril 2006) est pensé pour les élèves : « Le livret de compétences est avant tout prévu pour être un outil de motivation de l’élève : « Ce livret permet à chaque élève de connaître son niveau de départ et les objectifs qu’il doit se fixer pour acquérir le socle commun de connaissances. L’objectif est de donner confiance aux élèves et de supprimer, par le recours à l’aide individualisée, tout redoublement ».
  • Un outil pour les enseignants ?
    Il semble que le livret de compétences soit à destination des parents. Les professionnels auront besoin d’autres outils afin de les aider à réguler leur pratique de classe. Des outils sont disponibles sur Eduscol. « Il s’agit de grilles de références. Ces grilles sont conçues comme un moyen de passer du socle commun au livret d’évaluation. Elles traduisent les objectifs du socle en paliers à acquérir à chaque niveau de scolarité.
 
Livret scolaire et/ou livret de compétences


  • Le livret scolaire, un outil réglementaire renseigné régulièrement
    « Le livret scolaire et le livret de compétences des réseaux ambitions réussite (circulaire N°2006-058 du 30 avril 2006) semblent très proches puisqu’ils accompagnent les élèves dans toute leur scolarité obligatoire, retracent le parcours individuel de chaque élève et rendent compte de leurs acquis au gré des évaluations (une ou deux fois par an en maternelle, chaque trimestre à partir du CP). Mais ils se différencient sur les périodes concernées (le livret scolaire s’arrête à la fin de l’école primaire) et surtout en ce qui concerne l’organisation du cursus scolaire de l’élève.
    Le livret scolaire a une fonction nettement plus réglementaire puisqu’il est aussi le support de toutes les décisions prises en ce qui concerne le déroulement de la scolarité des élèves, notamment les redoublements et les sauts de classe : « le livret scolaire comporte les propositions faites par le conseil des maîtres et les décisions prises en fin d’année scolaire sur les conditions dans lesquelles se poursuit la scolarité ». Le livret scolaire valide donc le niveau de compétence de l’élève, chaque année et à la fin de chaque cycle » (12).
  • Le livret de compétences, un outil d’accompagnement et de validation des paliers du socle commun
    Le livret scolaire « rejoint ainsi, dans cette fonction [validation du niveau de compétence], le futur livret personnel de compétences, la différence portant alors sur la périodicité de ces validations (le livret personnel de compétences ne concerne pas l’école maternelle mais inclut le collège, les validations ne concernent que les paliers du socle soit uniquement fin CE1 et fin CM2 à l’école élémentaire, puis les paliers prévus au collège). Mais le livret scolaire se différencie aussi du livret personnel de compétences par sa fonction essentielle d’accompagnement pédagogique du cursus de l’élève.
    On voit bien les risques de confusion et de substitution qui peuvent apparaître dans la juxtaposition de ces différents livrets, entraînant les équipes pédagogiques dans des pratiques incohérentes et parfois opposées aux objectifs fixés. Une clarification est donc nécessaire dans ces prescriptions".
  • Des outils à articuler
    Les textes officiels ne précisent pas le devenir des livrets scolaires avec la mise en œuvre du livret de compétences. Le rapport de l’Inspection générale donne cependant des préconisations : « Quant au livret scolaire et au dossier scolaire utilisés dans la quasi-totalité des écoles et établissements, il est nécessaire de préciser son articulation avec le nouveau livret personnel de compétences afin d’en préserver les spécificités notamment dans l’évaluation au quotidien et dans l’organisation du suivi des élèves. Il s’agira de ne pas confondre ces différents supports, ni dans leur construction ni dans leur fonction.
    La solution se trouve dans une coordination des différents outils d’évaluation et de pilotage pédagogique utilisés dans les écoles et les établissements. L’articulation doit se faire entre l’organisation de l’enseignement et la communication de ses résultats. D’un côté l’enjeu est d’organiser progressivement les apprentissages en classe en s’appuyant sur l’évaluation des compétences acquises par les élèves, de l’autre il s’agit de rendre compte des acquis des élèves concernant certaines compétences à certaines étapes sous une forme normalisée. Des supports différents doivent être développés avec des dénominations différentes si l’on veut remplir des fonctions différentes"(14).
    L’inspection générale signale que l’outil informatique devrait permettre de gérer plus facilement cet ensemble pour éviter la surcharge de travail. Une dépêche de l’AEF parle d’une version numérique du livret de compétences.