Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








23 mars 2010 : manifestation interpro à Tarbes : 8 000 personnes

le 24 mars 2010


Tarbes. Un troisième tour social mobilisateur
Entre 6.000 et 8.000 personnes ont manifesté, hier, dans les rues de Tarbes pour l’emploi, les salaires et les retraites.
Emplois, salaires, retraites… Fonctionnaires, salariés et retraités ne manquent pas de motifs d'inquiétude. Ils l'ont exprimé hier, dans les rues Tarbes, deux jours après le second tour des régionales. Photo DDM, Laurent Dard.
Emplois, salaires, retraites… Fonctionnaires, salariés et retraités ne manquent pas de motifs d'inquiétude. Ils l'ont exprimé hier, dans les rues Tarbes, deux jours après le second tour des régionales. Photo DDM, Laurent Dard.

Importante mobilisation, hier, dans les rues de Tarbes, deux jours après le second tour des élections régionales qui a vu l’UMP enregistrer une défaite cuisante dans les Hautes-Pyrénées. Entre 6.000 et 8.000 personnes (4.000 selon la police, entre 8.000 et 9.000 selon les syndicats) ont manifesté pour l’emploi, les salaires et les retraites, à l’appel de l’intersyndicale composée de la CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa des Hautes-Pyrénées dans ce qui apparaît comme une sorte de troisième tour social.
Enseignants, fonctionnaires centraux et territoriaux, postiers, salariés d’entreprises privés des secteurs de l’industrie (Alstom, Socata) et des services mais aussi jeunes… ils sont tous venus interpeller une nouvelle fois le gouvernement, Nicolas Sarkozy et le patronat sur les thèmes de l’emploi, des salaires et des retraites.
« Il faut d’abord aider les jeunes à trouver du travail », affirment Raymonde et Pierre, deux retraités habitués des mobilisations sociales.
Anciens délégués syndicaux, ils mesurent tout le chemin parcouru jusqu’aux 35 heures et la retraite à 60 ans. « Nous avons connu les semaines de travail à 48 heures, le temps de la retraite à 65 ans… Il ne faut pas revenir en arrière. »
« Sortie de crise »
Des craintes qui trouvent un écho chez les sapeurs-pompiers, nombreux dans le cortège. « Nous avons un travail fatigant physiquement. Il est difficile quand on arrive à 55 ans. Au-delà, c’est tout simplement impossible », souligne ce sous-officier à un an de la retraite. Jean-Marc, salarié chez Alstom depuis 17 ans, s’inquiète aussi pour sa retraite : « C’est un petit peu le troisième tour social après les élections. Nous sommes inquiets sur le recul de l’âge de la retraite, son financement… ».
Ce message exprimé dans les urnes dimanche a été martelé, hier, par les manifestants.
« Nous nous mobilisons aujourd’hui pour obtenir une sortie de crise qui passe par des mesures pour l’emploi, le pouvoir d’achat, une qualité de vie au travail et une protection sociale porteuse d’avenir », a lancé Patrick Delaporte, secrétaire départemental de la CFDT, au nom de l’intersyndicale. La mobilisation ne fait que commencer.