Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Casse de la formation : la conférence de presse du Sgen-CFDT MP 65

le 13 mars 2010


Le Sgen-CFDT 65 s’est exprimé dans la Nouvelle république et la Dépêche sur la casse de la formation des maîtres et sur la suppression de postes de conseillers pédagogiques. A lire....

Conférence de presse du Sgen-CFDT 65.
La Dépêche / La Nouvelle République des Pyrénées. 13.03.2010
 
Pour lire l’article dans le site de la Dépêche du Midi CLIQUER ICI
Tarbes. « C’est une régression pédagogique »
éducation. Le SGEN-CFDT contre la réforme de la formation des maîtres.

 

Les enseignants du SGEN-CFDT montent une nouvelle fois au créneau contre la réforme de la formation des maîtres et ses conséquences. « C’est quand même la première fois, depuis la Révolution française, que des enseignants vont se retrouver face à des classes, en septembre, sans formation initiale », rappelle Gilles Verdier. Dans les Hautes-Pyrénées, cela devrait concerner une vingtaine de personnes. « Nous sommes inquiets pour l’avenir du métier, c’est une forme d’appauvrissement », regrette-t-il en dénonçant la logique comptable qui prévoit le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. « Le gouvernement a supprimé les 16.000 postes d’enseignants stagiaires. »

« Pourtant, le métier d’enseignant s’apprend », pointe Marie-Andrée Noilhan. « Là, ils auront 4 semaines de formation théorique et 8 semaines de compagnonnage », précise-t-elle. « On va les aider au maximum, mais ce que leur propose le ministère, c’est une entrée dans le métier sous la forme d’un bizutage… », dénonce Gilles Verdier.

Pour aider ces jeunes enseignants, 4 conseillers pédagogiques vont perdre leurs spécificités en arts visuels, éducation physique et musique pour redevenir des généralistes.

« Dans les arts visuels, cela va casser une dynamique et des actions entreprises avec plusieurs dizaines de classes du département. Cela va renforcer les inégalités d’accès à la culture entre les élèves », soutient Maryse Vivé. Pour Marie-Andrée : « C’est une régression pédagogique. Il y a derrière tout cela quelque chose d’idéologique. »