Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Info n° 40 : Position du Sgen-CFDT65 : coronavirus et rentrée

le 1er mai 2020


 

Maintenant que nous y voyons (un peu...) plus clair, quelle est notre analyse et notre position départementale pour la reprise qui s’annonce ?

 
ANNONCER UN OBJECTIF "VERTUEUX", UN MOYEN D’EVITER DE FORTES OPPOSITIONS
 
Malgré les justifications socio-éducatives annoncées par le gouvernement, personne n’est dupe. Basé sur le "volontariat" des parents, les professionnels savent bien que ce sont les familles les plus éloignées socio-culturellement de l’école qui manifesteront le plus de défiance face à cette reprise. Mais qui contestera ce louable argument - ne pas contribuer au creusement des inégalités - avancé par le gouvernement ?
Pourtant l’objectif premier est bien de faire de l’école une garderie permettant le retour des parents au travail. Pour preuve, le seul veto du DASEN aux propositions des équipes est l’organisation en demi-journée de présence pour les élèves (organisation pourtant la mieux adaptée aux jeunes enfants dans ces conditions de reprise quasi militaires !) : trop contraignantes pour les parents... C’est le sens même de nos missions qui est remis en cause !
 
 
UN "GALOP D’ESSAI" AVANT LA RENTREE DE SEPTEMBRE ?
 
Toute latitude est laissée aux équipes pour organiser les conditions de reprise... Etonnant changement de "stratégie managériale" !
Quel est le sens d’un tel revirement ?
Et bien d’abord d’éviter, là aussi, des oppositions trop frontales, donner le sentiment de valoriser les compétences des acteurs de terrain, de leur faire (enfin...) confiance. On peut y être sensible... nous qui manquons cruellement de reconnaissance !
Nous y voyons plutôt un Ministère empêtré dans ses contradictions, incapable d’assumer une ligne directrice claire et de faire des propositions concrètes et applicables.
Gageons d’ailleurs que nous constituerons un "laboratoire" de pratiques pour préparer la rentrée de septembre de façon beaucoup plus homogène et règlementaire ! Les DASEN auront pour mission d’observer et rapporter les organisations de terrain "qui marchent" pour préparer les directives de rentrée de septembre, pointer les problèmes... et accessoirement repérer les "bons" et "mauvais" élèves du système. Car oui - comme le DASEN de l’Ariège l’a demandé à ses IEN - vous serez "évalué(e)" sur votre comportement exemplaire... ou pas !
 
 
UNE REPRISE A RISQUE
 
Nous vous avons alerté dans notre précédente info sur les responsabilités juridiques que vous devrez assumer : face aux directeurs le DASEN a tenu le discours contraire, un IEN a, par contre, bien confirmé nos dires face aux directeurs... Il est inadmissible que les personnels ne soient pas explicitement informés par écrit de leur responsabilité, formés au DUER et RSST : c’est le sens de la préconisation votée en CHSCT. 
 
Nous vous rappelons que le COVID19 constitue un risque biologique qui doit être inscrit dans le DUER : cette mise à jour est une obligation légale - dont l’absence est pénalement sanctionnée - et doit être présentée en conseil d’école (voir "liens utiles" ci-dessous), elle est de la responsabilité des directeurs d’école.
Le protocole sanitaire national doit être adapté à chaque établissement : nous sommes, par exemple, très dubitatif concernant les directives imprécises pour le nettoyage des toilettes, vecteurs importants de contamination. Dans les établissements d’accueil d’enfants de soignants, il est obligatoire d’attribuer nominativement un toilette et un lavabo par enfant.
 
A partir de ce document les personnels pourront renseigner le RSST (disponible individuellement sur votre Iprof ) : tout manquement au protocole du DUER devra être signalé sur le RSST par le directeur ou un personnel . En particulier le directeur d’école peut-il être garant que le protocole sanitaire sera appliqué correctement par tous ? S’il estime que ce n’est pas le cas, il le signale sur le RSST pour dégager (en partie) sa responsabilité.
lire ICI l’article du Sgen-CFDT
 
Nous vous encourageons à vous rapprocher de votre IEN si vous estimez ne pas être formé(e) à la rédaction et à l’utilisation du DUER et du RSST préalablement à la rentrée : c’est une obligation de l’employeur. 
 
Nous sommes conscients de la charge de travail que cela représente mais c’est la condition sine qua non de la reprise ! Nous vous engageons à demander de différer la rentrée pour disposer du temps nécessaire à la mise en place de votre organisation dans le respect des textes : en cas de refus de l’administration vous pourrez ainsi vous défausser (en partie) de vos responsabilités !
 
 
 
ET LES ELEVES ?
 
La stricte application du protocole sanitaire va conduire à une organisation plus proche de la caserne que de l’école...
Vissé à leur table, sans possibilité d’utilisation de matériel et surtout d’intéractions avec les autres, réprimandé à la moindre incartade, voilà le quotidien que nous allons proposer à nos élèves ?
Les psychologues s’inquiètent déjà des conséquences psychiques de ce carcan que nous devrons imposer aux élèves. Les professionnels savent bien que plus les enfants sont jeunes plus ce sera mission impossible... Mission impossible également pour les enfants à besoins éducatifs particuliers. Cette reprise précipitée, sans l’analyse nécessaire des répercussions sur les enfants et l’apport de la réflexion de professionnels sur les moyens d’y remédier (notamment sur l’aménagement du temps) laisse, là encore, les enseignants assumer de bien lourdes responsabilités.
 
EN CONCLUSION
 
Dans un climat déjà terriblement anxiogène, le Sgen-CFDT 65 juge cette reprise prématurée car insuffisamment préparée et accompagnée.
Les enseignants - et en première ligne les directeurs d’école - subissent une pression énorme face à la charge de travail qui leur incombe et aux responsabilités qui vont être les leurs. La hiérarchie ne peut se défausser et envoyer au front ses personnels comme si l’urgence était, ici aussi, vitale. Nous demandons plus de temps d’analyse, de concertation, de préparation. Parmi les 4 pays les plus touchés en Europe par l’épidémie rappelons que la France est la seule à imposer cette rentrée !
 
Nous aimerions connaître votre position : merci, par retour de mail, individuellement ou par équipe, de nous communiquer votre point de vue afin que nous puissions collectivement s’opposer à cette reprise.
 
              LIRE ICI LE COMPTE RENDU D’AUDIENCE DU SGEN-CFDT AVEC LE MINISTRE