Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Info n°14 : mobilisation du 5/12, réunion d’info syndicale, direction d’école, marche contre les féminicides, permanences, facebook...

le 22 novembre 2019


- Dans le brouillard des retraites et de la mobilisation du 5 décembre, voici l’état des lieux complet !
- Conditions de travail : réunion d’information syndicale le mercredi 4 décembre
- Direction d’école : protocole départemental de simplification administrative
- Collectif 65 Droits des femmes : Marche contre les féminicides et toutes les violences envers les femmes
- Le Sgen-CFDT sur Facebook !
- Les permanences des militants 2019/2020



Dans le brouillard des retraites et de la mobilisation du 5 décembre, voici l’état des lieux complet !

Le début du mois de décembre approche et le sujet des retraites est de plus en plus au cœur des préoccupations.

La réforme des retraites approche donc et chacun.e semble sommé.e de se positionner. Pas simple, alors que l’on est loin de disposer de tous les éléments nécessaires. Au Sgen-CFDT des Hautes-Pyrénées, certains points font cependant consensus.

Le système de retraites actuel est injuste. Il pénalise fortement les femmes, les polypensionné.e.s
et plus globalement les plus précaires (de plus en plus nombreuses et nombreux dans l’Éducation Nationale). En 2017 : 47% des PE partant à la retraite étaient polypensionnés et 33% partaient avec décote. Les effets des réformes de 2010 et 2013 n’ont fait qu’aggraver cette situation, en allongeant notamment les durées de cotisation. La CFDT se mobilisa longuement en 2010 contre la réforme proposée par le gouvernement Fillon. C’est celle-ci qui s’applique aujourd’hui et en cohérence nous ne pouvons en être satisfaits. Pour nous une réforme est donc indispensable !


– Cependant, une réforme paramétrique proposée par le gouvernement actuel, qui viserait à faire des économies, en allongeant la durée de cotisation par exemple, n’est pour la CFDT pas nécessaire. Les déficits actuels du système de retraites sont bien davantage dus à des politiques peu adaptées (heures supplémentaires défiscalisées, gel du point d’indice des fonctionnaires) qu’à des problèmes relatifs à l’âge de départ en retraite ou à la durée de cotisation.

Le projet de réforme des retraites du gouvernement n’est à ce jour pas connu ! Le rapport Delevoye, rendu à la fin de l’été en a posé les bases, mais de nombreux éléments restent flous et les différences entre rapport et réforme peuvent être réels et/ou sensibles. Certains points correspondent à des revendications anciennes de la CFDT (un régime à points, universel mais pas uniforme). D’autres posent davantage souci avec l’âge pivot qui n’est pas négociable pour nous.

Appliqué en l’état, le rapport Delevoye dégraderait fortement les pensions des personnels de l’Éducation Nationale à long terme. C’est un point qui ne fait pas débat, reconnu par l’ensemble des syndicats mais aussi le ministre de l’Éducation Nationale et le président de la République.

– En conséquence, il faut prévoir des compensations au cours de la carrière, qui permettent de maintenir le niveau des pensions enseignantes. Ces compensations doivent aussi permettre une revalorisation salariale progressive sur plusieurs années qui est indispensable pour nos métiers. La revendication du Sgen-CFDT est simple : gagner plus aujourd’hui pour gagner autant qu’avant à la retraite.


– Des discussions se sont ouvertes sur ces compensations. Le stade du constat n’a pas encore été dépassé et l’on attend toujours des éléments datés et chiffrés. Le ministre s’est toutefois engagé dans un courrier (voir en PJ) à ce que ces compensations permettent aux personnels enseignants de l’Éducation Nationale d’obtenir des pensions équivalentes à celle des autres fonctionnaires de catégorie A. Combien ? Quand ? A quelles conditions ? Ces questions restent posées à ce jour, surtout que certaines déclarations, notamment celles du président Macron à Rodez, ont jeté très fortement le trouble.

– Des éléments plus précis, à la fois sur le projet de retraites du gouvernement et sur les compensations à destination des personnels de l’Éducation Nationale, doivent être communiqués en janvier/février. On y verra alors sans doute plus clair.

C’est donc dans ce contexte qu’une intersyndicale, au départ issue de la RATP, appelle à la grève le 5 décembre avec pour espoir de faire renoncer le gouvernement à son projet.

Comme à chaque fois qu’une décision politique doit être prise, c’est le bureau de la section Hautes-Pyrénées du Sgen-CFDT Midi-Pyrénées qui est amené à se prononcer. Les débats y sont riches et nuancés avec le souci de penser la situation dans sa complexité. Plutôt que de vous appeler à faire ou ne pas faire telle chose le 5 décembre, il nous a semblé plus intéressant, plus émancipateur aussi, de vous faire part du constat développé ci-dessus puis de relayer ci-dessous des arguments et des réflexions échangées.

Et vous, vous faites quoi le 5 décembre ?

Voici des arguments recueillis par des adhérent-e-s et militant-e-s de différents Sgen-CFDT en France...

JE NE SERAI PAS EN GRÈVE LE 5 DÉCEMBRE CAR…

– le projet final n’est pas encore connu. Se prononcer sur la base d’éléments approximatifs n’a pas réellement de sens. Dans quelques semaines le projet sera connu et il sera alors largement le temps de se prononcer, surtout sur une telle réforme au long cours. Entre la présentation du projet et son vote, il y aura beaucoup d’occasions de se mobiliser. Entre son vote et sa mise en application, il y aura de nombreuses élections.

– l’intersyndicale qui se mobilise le 5 décembre appelle à un retrait du projet gouvernemental. Or nous sommes convaincus qu’une réforme (mais pas celle proposée par le gouvernement) est nécessaire, la situation existante n’étant pas satisfaisante. Faire entendre nos positions et nos arguments serait difficile en se greffant sur un mouvement dont nous ne partageons pas les mots d’ordre.

renoncer au projet de réforme des retraites, c’est dans l’Éducation Nationale, renoncer aussi aux discussions sur une revalorisation qui l’accompagnent. Or cette revalorisation est urgente et nécessaire pour les collègues. Autant continuer les négociations pour obtenir de l’argent qu’en perdre dès aujourd’hui en faisant grève.

– de nombreux mots d’ordre divers se greffent sur la mobilisation du 5 décembre, créant le sentiment d’une grève fourre-tout qui rend illisible et "casse-gueule" le mouvement. Nous pensons que la multiplication des mots d’ordre crée de la confusion et est un frein à une action efficace

– le mouvement social est d’ores et déjà conçu comme un affrontement entre une majorité qui souffle régulièrement sur les braises et des syndicats qui ont annoncé qu’ils n’attendaient rien d’une réforme et d’une revalorisation à peine les discussions entamées. On peut choisir de refuser cette logique campiste qui fracture peu à peu notre société.

JE SERAI EN GRÈVE LE 5 DÉCEMBRE CAR…

– si les incertitudes sur le projet de réforme des retraites sont nombreuses, une grève peut être un moyen de mettre la pression sur le gouvernement pour faire basculer le projet dans le bon sens et obtenir enfin la réforme que nous souhaitons.

– une revalorisation est certes envisagée, mais entre les petites phrases du président Macron à Rodez et les sous-entendus ministériels sur une approche du type « travailler plus pour gagner plus » il est bien difficile d’avoir confiance en ce qui s’annonce.

le gouvernement n’a d’ailleurs donné quasiment aucun gage de confiance depuis 2017. Les partenaires sociaux et les personnels ont été globalement ignorés dans les réformes mises en place et celles-ci ont trop souvent eu un objectif essentiellement budgétaire.

– les raisons d’exprimer son mécontentement sont ainsi nombreuses et la fatigue des collègues sur le terrain est grande et doit pouvoir s’exprimer. Nous nous exprimions en ce sens ces derniers mois.

ne pas être en grève le 5 décembre c’est prendre le risque de s’isoler des autres syndicats qui dans leur majorité appellent à une action. L’unité syndicale, du moins localement, doit être préservée même si nous n’appelons pas sur les mêmes mots d’ordre.
 

Au final c’est donc à chacun de se positionner à partir des informations et des arguments des un.e.s et des autres. Et c’est sans doute sain pour une société démocratique !

Le Sgen 65 a pour sa part décidé de s’associer au mouvement sur ses propres mots d’ordre. Un préavis de grève a été déposé par le syndicat académique. Un tract inter syndical est en cours de finalisation et vous sera adressé rapidement.

L’essentiel dans tous les cas sera de se rappeler que la question clé n’est pas « en grève ou non le 5 décembre » mais bien « quel système de retraites à l’avenir ». Et que pendant que le projet de réforme des retraites se dévoile peu à peu, d’autres sujets, aux conséquences souvent bien plus immédiates et sensibles, continuent à mériter notre attention : réforme du lycée, mal-être au travail, assurance chômage, sort des migrants et surtout crise écologique. Il est important de se soucier de nos retraites après 2050. Mais encore plus essentiel de faire en sorte que nous ayons à cette date une planète habitable sur laquelle en profiter.


Lettre ouverte à Emmanuel Macron de la secrétaire générale du Sgen-CFDT.

La lettre du Ministre de l’Education Nationale en PJ.

 


 Conditions de travail : réunion d’information syndicale le mercredi 4 décembre

Unitairement les organisations syndicales avaient appelé à faire du 6 novembre une journée de mobilisation nationale (rassemblements, conférences de presse, demandes d’audience...).


Elles demandaient :

  - une réelle amélioration des conditions de travail des directeurs et directrices d’école, des enseignant-es et de tous les personnels qui font vivre les écoles, les établissements et les services,
 - une meilleure reconnaissance de leur professionnalisme,
 - des mesures pour garantir la santé, la sécurité et le bien-être au travail et le développement des services de médecine de prévention,
 - une organisation moins verticale et moins injonctive des écoles, établissements et services. L’organisation d’un travail plus collectif et à des rythmes plus respectueux de la qualité de vie au travail,
 - les moyens utiles indispensables au bon fonctionnement des écoles, des établissements et des services ainsi que les créations d’emplois nécessaires pour l’ensemble des personnels.

Ces organisations syndicales dénonçaient également la suppression programmée des CHSCT qui aggravera la prise en charge de celles et ceux qui sont en souffrance.


Les organisations syndicales ont entamé une réflexion pour proposer des moyens d’action : ont été évoqués notamment la mise en ligne d’un manifeste à signer et faire remonter au Ministère et l’ajout d’un mot d’ordre "conditions de travail" à l’appel à la grève du 5 décembre contre la réforme des retraites (voir article ci dessous).

Le Sgen-CFDT 65 aimerait entendre vos propositions, vos réflexions, vos témoignages... : pour cela nous organisons

 une réunion d’information syndicale spéciale "conditions de travail"

 MERCREDI 4 DECEMBRE 13h30 à la Bourse du travail

  Cette réunion est déductible pour 3h des animations pédagogiques

Nous espérons vous voir nombreux-ses !

  • Pour qui ? Tout le monde ! Syndiqués ou non, tous les instituteurs, professeurs des écoles, directeurs, titulaires, stagiaires. Une attestation de présence vous sera délivrée par le syndicat.
  • Comment décompter ces heures des animations pédagogiques ? Par correction, il convient de prévenir la personne qui organise l’animation pédagogique de votre absence et/ou votre IEN. Ensuite il suffit d’envoyer votre attestation de présence à l’animation syndicale au secrétariat de votre circonscription.

Direction d’école : protocole départemental de simplification administrative 

Travaux administratifs répétitifs, travail dans l’urgence, réponses à de multiples enquêtes, demandes institutionnelles, gestion de conflits… sont le quotidien des directeurs et directrices d’école. Pour beaucoup la coupe est pleine et les situations de souffrance au travail se multiplient.

Localement...
Un groupe de travail départemental, que le Sgen-CFDT n’a cessé de réclamer depuis 6 mois, autour de la simplification administrative se tiendra le mardi 17 décembre en présence du DASEN.

Concrètement, quels seraient les leviers simples et efficaces que vous souhaiteriez voir être mis en place rapidement pour vous soulager ? A vos claviers !!! Ou alors participez à la réunion d’info syndicale du mercredi 4 décembre (voir ci-dessus)

 


Collectif 65 Droits des femmes : Marche contre les féminicides et toutes les violences envers les femmes

Nous vous invitons à vous joindre largement à la marche du samedi 23 novembre, organisée partout en France contre les féminicides et toutes les violences envers les femmes, et à diffuser massivement l’info dans vos réseaux et auprès de vos amis .

Marche contre les féminicides
et toutes les violences envers les femmes

Samedi 23 Novembre
rassemblement et marche de nuit
18h30 place de Verdun
Tarbes

Munissez vous de vos lumières.

 

Le Sgen-CFDT 65 sur Facebook

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre sur Facebook. Pourquoi pas vous... Pour cela cliquez sur le lien et abonnez-vous !


https://www.facebook.com/SgenCFDTHautesPyrenees/

 


Les permanences des militants 2019/2020

Le tableau des permanences des militants pour l’année scolaire 2019/2020 : en ligne sur notre site.