Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








AESH : CR audience

le 26 mars 2019


- A leur demande, l’administration a reçu 4 personnels AESH accompagnés de représentants du Sgen-CFDT et de la FSU afin de répondre à certaines interrogations mais également pour faire des propositions susceptibles d’améliorer les conditions de travail des personnels.

Pour l’administration étaient présents  : Mme Goncet, secrétaire générale de la DASEN, Mme Doidy, DRH Mme Duces, IEN ASH M Touzane, proviseur responsable du centre mutualisateur.

L’administration est d’accord avec la demande de réalisation d’un livret d’accueil recensant les « droits et devoirs » des personnels ainsi qu’un référentiel des interlocuteurs.

Sur les affectations  :

La demande de possibilité d’émettre des vœux d’affectation va être étudiée : elle est rendue très problématique du fait des nombreuses notifications de la MDPH (100/150) émises durant l’été et du nombre d’AESH (410). La gestion est difficile. Toutefois l’administration prend en compte les demandes individuelles justifiées (par exemple souhait de ne plus accompagner un même enfant après plusieurs années) : il suffit d’émettre la demande en mai/juin à la DASEN.

Sur le droit à refuser une affectation  : elle n’est prise en compte que si l’affectation dépasse la limite (fixée par le DASEN du 65 mais qui n’a pas un cadre légal) de 20 km du domicile.

Sur les contrats  :

L’administration généralise petit à petit (en fonction des moyens qui lui sont alloués) les contrats de 24h dans une volonté d’harmonisation (salaires) avec les CUI (contrats de droit privé mieux rémunérés). Les CDI sont les premiers concernés puis les personnels travaillant en ULIS.

Sur la possibilité de refuser le passage aux 24h  : elle est de droit mais attention la proposition ne sera pas renouvelée. La problématique du passage aux 24h est souvent le souhait pour les personnels de ne pas être nommés sur 2 écoles : l’administration répond que cela n’a rien de systématique.

Les personnels mettent en avant la problématique du CDD renouvelable qui ne permet pas un avancement dans la carrière. Les personnels restent 8 ans minimum avec le même traitement (6 années de CDD+ rdv de carrière la 3ème année du CDI).

Sur le besoin de formation  :

L’IEN ASH enjoint les personnels à s’adresser à l’enseignant référent ainsi qu’à l’inspection (inspectrice, conseillers pédagogiques) dont c’est la mission lorsqu’il y a une difficulté, un questionnement, un besoin particulier pour un élève... L’AESH doit travailler en équipe et donc avoir connaissance du PPS, être présente aux ESS... afin de connaître les difficultés et les objectifs fixés pour l’élève (sans toutefois avoir connaissance de ce qui relève du secret médical).

Avec l’entrée en vigueur du PIAL la formation des AESH devrait être mieux prise en compte. Voir le dossier de présentation des PIAL du Ministère. L’expérimentation est en cours dans des pôles du département (Paul Eluard – Vic en Bigorre).

 

Les moyens actuels

Ils sont en nets progrès : seuls 8 enfants ne bénéficient pas d’accompagnement contre 70 l’an dernier à la même époque alors que le nombre de notifications a augmenté.

Le nombre d’ETP (équivalent temps plein) est passé de 18 à 33 (+15) cette année. 410 AESH : contrats CUI : 117 et contrats AESH : 293 dont 36 en CDI et 5 en contrat de 30h.

Le recrutement se fait plutôt en CDD. On tend actuellement vers une mutualisation (une AESH pour plusieurs enfants) . Cela devrait se généraliser avec la mise en place du PIAL.

Il n’existe pas de moyens de remplacement des personnels (absences, congés maladie...) ce qui pose de réels problèmes de fonctionnement et une culpabilité des AESH très conscientes des difficultés pour l’enfant et l’enseignant en leur absence. L’administration n’a pour l’instant pas les moyens d’y pallier. Sur les moyens supplémentaires annoncés récemment par le gouvernement il n’y a pour l’instant pas de déclinaison académique .

 

Divers

L’accés à l’ENSAP  : il est en cours pour les AESH . Cela devrait éviter l’engorgement constaté du service du Rectorat seul habilité à gérer tout ce qui concerne les salaires (et notamment les attestations).

Le service social  : il faut s’adresser à la DASEN.

Le compte personnel d’activité : il n’est pour l’instant pas opérationnel.

Le DEAES (diplôme d’accompagnant éducatif et social) : lancé il y a 3 ans la déclinaison « inclusion scolaire » n’ a pas été financée (peu de débouchés envisagés). Seul pôle emploi a financé quelques formations (accès à l’emploi ensuite par CDD et non par CUI). L‘institution demande que cette formation soit financée car si les CUI disparaissent il y aura des besoins de personnel qualifié.

Mme Goncet clôture la séance en remerciant les personnels pour ce dialogue constructif qu’elle souhaite voir se renouveler.