Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








CR CAPD du 7 septembre 2018

le 7 septembre 2018


A l’ordre du jour de cette CAPD :
- Affectation des professeurs des écoles stagiaires
- Résultats des phases complémentaires du mouvement pour la rentrée scolaire 2018
- Questions diverses

Compte-rendu de la CAPD du 7 septembre 2018

Présents

M. Aumage DASEN, Mme Fassi Secrétaire Générale, Mmes Douadi, Lagarde et Lopes pour l’administration.

Mme Lavit, MM Bégué et Coignus, IEN.

Les représentants du Sgen-CFDT : Mmes Agnès Puzos, Hélène Farges et Nathalie Mercier.

Les représentants du Snuipp-FSU : Mmes Le Moäl et Mauriès et M. Castebrunet.

 

Secrétaire adjoint de cette séance : Sgen-CFDT

 

Ordre du jour

 

· Affectation des professeurs des écoles stagiaires

· Résultat des phases complémentaires du mouvement pour la rentrée 2018

· Questions diverses

 

 

Intervention préalable du Sgen-CFDT.

Quelques jours après la rentrée des élèves et des personnels, c’est au tour des organisations syndicales de faire leur rentrée officielle avec la CAPD d’aujourd’hui.

Soucieux de s’appuyer sur les directives ministérielles, le Sgen-CFDT 65 fera une déclaration préalable sur la base de « la rentrée en musique ».

Nous vous épargnerons le fait de chanter notre déclaration, toutefois, celle-ci est un hommage sincère à tous les personnels qui ne cessent d’œuvrer avec professionnalisme et dévouement pour rendre le meilleur service public d’Education possible avec des moyens toujours plus contraints.

C’est pourquoi, nous appellerons cette déclaration préalable « RESPECT » (en hommage à Aretha Franklin). 

Respect tout d’abord pour le travail des personnels de la DSDEN des Hautes-Pyrénées. Ils s’interrogent sur leur avenir suite en particulier aux annonces de notre ministre de tutelle concernant la fusion des académies. Nous partageons cette inquiétude et nous l’avons dit au dernier Comité Technique Académique.

Respect pour les personnels du 1er degré qui ont eu aussi à s’adapter à des ajustements des programmes durant les congés.

Il y a lieu de s’interroger, au regard de ces « ajustements » : à qui et à quoi sont-ils destinés ? Il est difficile de penser, étant donnés le calendrier appliqué et la méthode employée, que ce soit pour les enseignants, alors même que les programmes sont un de leurs principaux outils de travail.

Le calendrier imposé, un passage en CSE le 12 juillet pour une mise en œuvre au 1er septembre, avec des repères annuels publiés durant l’été, montre bien que ces ajustements ne sont pas en lien avec le métier enseignant.

Il semble bien que ce soit pour l’opinion publique, ou pour une certaine frange de celle-ci.

Les déclarations de la présidente du Conseil Supérieur des Programmes ont mis en avant des modifications en réalité tout à fait secondaires. Que le « prédicat » disparaisse, que l’on réintroduise la conjugaison « à toutes les personnes » du passé simple, ne sont que des points de détail par rapport aux exigences tellement plus nécessaires, que sont l’apprentissage du raisonnement ou la formation précoce de l’esprit critique ! On ne voit pas bien d’ailleurs en quoi ces changements correspondent au « bon sens » revendiqué par des acteurs majeurs du système éducatif, dont on serait en droit d’espérer un peu plus de rigueur.

Dans la communication « à usage de l’opinion », il y a aussi la dictée quotidienne et la Marseillaise – tout sauf des nouveautés, puisque le ministère précédent, sous des formes diversifiées, les revendiquait aussi, de façon, il est vrai, moins injonctive, respectant le professionnalisme des enseignants.

Sur ce professionnalisme, sachez que les personnels ont très peu apprécié le nouveau cadrage des APC défini jusqu’à présent par une note ministérielle aux recteurs et encore moins apprécié la réduction extrême des thèmes proposés aux animations pédagogiques.

Respect pour les familles également. Pouvez-vous nous informer sur la situation réelle de l’inclusion scolaire dans les Hautes-Pyrénées cette rentrée ? Les besoins semblent toujours en augmentation. Parallèlement, est-ce qu’il y a augmentation du nombre de postes d’AVS-AESH ?

Finissons par le plus flagrant manque de respect... celui que l’Education Nationale impose aux personnels AVS et AESH. Le Sgen-CFDT 65 pense que nous sommes peu nombreux dans cette réunion à vivre avec 600 € par mois pour occuper une mission noble, pérenne et indispensable...

Plusieurs ministères avaient annoncé pour l’automne 2017 l’ouverture de la professionnalisation AVS-AESH. Depuis, qu’avons-nous vu, l’arrivée de personnels en service civique. Où s’arrêtera donc la précarité ?

 

Sur l’ordre du jour de notre CAPD, le Sgen-CFDT 65 se réjouit de l’arrivée dans notre département de 19 PE stagiaires et leur souhaite la bienvenue.

Au niveau de la gestion des personnels :

 

- La Hors Classe : le protocole PPCR a modifié les conditions d’éligibilité pour l’accès à la hors classe : du 7ème échelon au 11ème échelon nous sommes passés au 9ème échelon avec 2 ans d’ancienneté au 11ème échelon. Ce changement de paradigme entraîne mécaniquement une baisse du nombre des promouvables.

Mais lors des négociations, les syndicats ont obtenu le maintien du nombre de promotions pour 2018. Il est regrettable que pour notre département, le taux de 13,2% entraîne une promotion de moins (48 en 2018, 49 en 2017), contrairement à la majorité des départements qui ont vu leur nombre de promus augmenter.

Puisque la Rectrice peut ajuster le nombre de promotions dans chaque département de son académie, il aurait été normal que la répartition se fasse dans nos 8 départements de manière à ce qu’aucun ne voie son nombre de promus baisser.

Nous rappelons que pour l’an prochain le pourcentage négocié est de 15,1%, pour arriver au même taux que le second degré en 2020 (17%) et obtenir ainsi l’égalité sur ce dossier entre tous les enseignants. Nous espérons que ce Ministère respectera les engagements de la République.

 

- Une seconde phase du mouvement très anxiogène pour certains personnels, cela fait l’objet d’une de nos questions diverses.

 

- Pour les Ineats : nous avons toujours ce problème d’un nombre important de PE voulant aller dans le 64. 100 % de nos demandes d’exeat sont pour les Pyrénées Atlantiques qui n’a un taux de demandes accordées que de 1,93% (taux le plus faible de France). Le Ministère n’arrive pas à solutionner ce problème et des personnels attendent depuis des années avec des situations familiales très difficiles. Cette situation entraîne des blocages dans tous les départements limitrophes (Hautes-Pyrénées, Landes) et des situations tout aussi difficiles.

 

- Pour finir, nous souhaitons connaître à ce jour la balance postes / personnels 1er degré dans le département.

 

 

Réponses de M. le DASEN :

- Le DASEN se joint au Sgen-CFDT pour saluer les personnels de la DSDEN au complet ainsi que toutes les équipes de circonscription.

- La rentrée s’est bien passée dans le département, sauf selon la presse sur Les Bourtoulets à Lannemezan. M. le Dasen n’a pas communiqué sur cette situation car dans cette école, la moyenne ne dépasse pas 25 élèves par classe.

- Les programmes relèvent de la compétence du ministre. Les IEN y travaillent, ils seront réunis au niveau national la semaine prochaine pour être formés.

- Les évaluations nationales : les résultats de ces évaluations ne sont pas destinés aux équipes de circonscription mais aux collègues. Ce sont des outils pour les enseignants pour avoir des repères, une photographie sur des compétences qui doivent être acquises en début de CP et de CE1. De même les résultats des évaluations de 6ème serviront à un travail commun avec tous les enseignants du cycle 3.

 

Approbation du PV de la CAPD du 24 Mai 2018 : approuvé.

 

 

1- Affectation des professeurs des écoles stagiaires

 

Voir l’article sur notre site…

 

2- Résultats des phases complémentaires du mouvement pour la rentrée 2018

 

Voir les résultats de la seconde phase…

 

Voir les résultats de la phase complémentaire…

 

Questions diverses Sgen-CFDT 65 :

 

1/ Postes à profil :

Nous souhaitons avoir un point sur les résultats des commissions de postes à profil suite aux appels à candidature lancés après la 1ère phase du mouvement.

Réponse : Fin des commissions de postes à profil (IEN Lourdes-Bagnères et le poste 0,5 CDOEAS + 0,5 ERUN Tarbes Est) à la fin de la semaine prochaine. Un tableau récapitulatif sera envoyé.

A noter  : Poste Psy EN sur la circonscription de Vic Val d’Adour : 3 candidatures très intéressantes. Une candidature a été retenue, ce sera un poste en CDD sur l’année scolaire avec une prise de fonction effective au 1/10/2018.

2/ Ineats :

2 PE intègrent notre département, bienvenue à elles :

- Mme CERDEIRA Valérie (Gironde)

- Mme VINAZZA Rachel (Bouches du Rhônes)

Comment le choix s’est-il effectué alors que des PE ayant un barème supérieur et ayant obtenu l’exeat n’ont pas eu leur mutation ?

Réponse : Les personnels avec un barème supérieur n’ont pas obtenu leur exeat ou alors trop tard par rapport à la campagne d’ineats.

Y a-t-il d’autres intégrations prévues ?

Réponse : La balance postes / personnels dans le 1er degré est à 0. C’est-à-dire qu’il y a autant de postes que de personnels. Il n’y aura donc pas d’Ineats supplémentaires, ni recours à des contractuels.

 

3/ Point sur l’accompagnement des élèves en situation de handicap :

 

Nombre de contrats PEC : 135

Nombre de contrats AESH CDD : 145 et AESH CDI : 35

Tous les enfants ayant une notification MDPH sont-ils accompagnés ?

Réponse : Non, la MDPH a effectué de nombreuses notifications pendant l’été (accompagnement, orientation). On est en cours de recrutement. Le Ministère a annoncé la création de 3200 emplois AESH supplémentaires qui entraînera une baisse des contrats PEC. Il y aura une dotation supplémentaire au niveau académique. De plus les conditions de recrutement ont été assouplies : au niveau de l’ancienneté (9 mois au lieu de 24 mois) et du diplôme (recrutement niveau bac).

Pour les Hautes-Pyrénées, entre 500 et 600 enfants accompagnés pour 370 personnels (recrutements en cours).

Mercredi dernier, un temps d’échanges, de travail et d’information a eu lieu pour les personnels AESH en présence de M. Bégué et Mmes Fassi, Doidy et Garrido. La formation et le positionnement pédagogique ont été abordés. Cette réunion a reçu un très bon accueil.

4/ Ecoles à 4,5 jours :

· Remplaçant rattaché à une école à 4.5j : les remplaçants rattachés à une école à 4.5j vont effectuer la majorité de leurs remplacements sur des écoles à 4 jours. Il n’est pas envisageable que ces personnels doivent se tenir à disposition des circonscriptions tous les mercredis matin pour effectuer au pied levé un remplacement. Ceci pose des problèmes d’organisation dans leur vie familiale.

Quel protocole pour ces personnels ? Comment les remplacements du mercredi matin vont-ils être assurés ?

Réponse  : Les remplaçants rattachés à une école à 4,5j sont prioritairement concernés par ces remplacements. Toutefois si ces derniers sont positionnés sur un remplacement long (supérieur à une semaine) sur une école à 4j, ils ne sont pas d’astreinte ni tenus d’aller dans leur école de rattachement. Ceux qui ne sont pas affectés sur un remplacement long (inférieur à une semaine) sont appelables pour un remplacement le mercredi matin et sont tenus d’aller dans leur école de rattachement. Pour ceux-ci un compteur-temps se met en place avec des récupérations possibles à la fin de chaque période (le TR fait le point avec sa secrétaire de circonscription).

Cependant, les autres remplaçants (ceux rattachés à une école à 4j) peuvent être sollicités sur la base du volontariat sur des remplacements le mercredi matin. Pour eux aussi un compteur-temps se mettra en place (cf ci-dessus).

· Ecoles à 4,5 j : Nous souhaitons connaître la liste des écoles concernées.

Réponse : elle sera envoyée prochainement.

5/ Mouvement 2nde phase :

Lors d’un groupe de travail datant du 15/06/17, le Sgen-CFDT avait exprimé sa volonté de rendre perfectible le second mouvement. L’administration a donc proposé lors de cette seconde phase, autant de postes que de candidats avec l’apparition des postes de « titulaires en attente d’affectation ». Ces postes ont été pourvus majoritairement par les personnels ayant les plus petits barèmes ce qui équivaut à ce qui se passait les années précédentes. La situation de ces personnels en attente d’affectation a été très anxiogène et a été très mal vécue par ces personnels.

Le Sgen-CFDT demande la possibilité de retravailler sur la seconde phase lors d’un GT afin d’améliorer cette phase.

Réponse : L’année prochaine, il sera procédé de la même façon pour la phase complémentaire sauf qu’une date butoir sera donnée pour les affectations des « titulaires en attente d’affectation ».

5/ Réunion d’information sur le CAFIPEMF

 

Une réunion d’information sur le CAFIPEMF avait lieu mercredi dernier à la DSDEN. Un grand nombre de PE étaient présents. Cette réunion informative présentait aussi l’accompagnement qui serait donné aux candidats. Le Dasen se réjouit de ce nombre élevé et précise qu’il n’y a pas de quotas sur le nombre de lauréats et souhaite bonne chance à ceux qui candidateront.

Il précise aussi qu’il n’y aura pas de nomination sur des supports de PEMF si les PE n’ont pas la qualification (le CAFIPEMF).

 

L’ordre du jour étant épuisé, M. le Dasen lève la séance.