Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Retour de la semaine de 4 jours dans 49 écoles.

le 11 juillet 2017


- les 49 écoles qui seront en semaine de 4 jours à partir de septembre 2017 (CDEN du 11 juillet).

 

CDEN du 11 juillet

 1. RETOUR A LA SEMAINE DE 4 JOURS.

Déclaration préalable (voir bas d’article).

 

  • Unsa : contre le retour à la semaine de 4 jours.
  • Ligue de l’enseignement : contre le retour de la semaine de 4 jours.
  • Fsu : contre la précipitation. Rappel des positions de Blanquer contre la semaine de 4 jours.
  • Mairie de Maubourguet : contre le retour à la semaine de 4 jours.
  • Mairie de Lourdes : contre un choix précipité sans évaluation. Inquiétude pour les personnels embauchés.
  • Mairie de Tarbes. Pas de décision pour sept 2017. L’année prochaine sera celle de la réflexion et de l’évaluation.

 

Position du DASEN :

  • · Ne fera pas d’obstacle aux demandes ; si consensus CE+ Mairie + Ien il donnera son accord.
  • · Il n’encouragera pas les changements de rythmes.

Il est attentif aux éventuels licenciements. Il précise qu’il y a une évaluation en ligne sur le site du ministère.

En réponse au Sgen-CFDT, il précise que 9 PE (poste fractionné) sont impactés par ces changements de rythmes de dernière minute.

 

Il a refusé les demandes qui n’avaient pas le consensus :

  • · Escaunets : en RPI avec 2 écoles du 64 et refus du DASEN du 64.
  • · Tostat/marsac/Sarniguet : refus de la CC.
  • · Aventignan : refus de la Mairie.

 

Pour Tarasteix-Siarrouy : les mairies ont la compétence école jusqu’au 31 décembre 2017. A partir du 1er janvier 2018, c’est la nouvelle CC qui prend la compétence et elle n’est pas favorable au retour à 4 jours ! Le Dasen accorde le retour aux 4 jours car à ce jour les mairies le demandent.

 

Les écoles qui passeront à la semaine de 4 jours en septembre 2017-07-11

 

 

 

COMMUNE
Adast élémentaire
Ancizan élémentaire
Aragnouet primaire
Arras en Lavedan primaire
Arreau élémentaire
Arreau maternelle
Arrens Marsous élémentaire
Arrens Marsous maternelle
Avezac Prat Lahitte primaire
Barèges primaire
Bonnefont maternelle
Bourg de Bigorre primaire
Bours primaire
Burg élémentaire
Cantaous primaire
Cauterets élémentaire
Cauterets maternelle
Clarens primaire
Esparros primaire
Esquièze Sere élémentaire
Esquièze Sere maternelle
Gardères élémentaire
Gavarnie Gedre primaire
Gayan élémentaire
Génos élémentaire
Gerde primaire
Goudon maternelle
Guchen primaire
La Barthe de Neste primaire
Laborde primaire
Lagarde primaire
Lannemezan primaire Bourtoulets
Lannemezan primaire Las Moulias
Lannemezan primaire Le Guérissa
Lannemezan primaire Baratgin
Loudenvielle primaire
Luquet élémentaire
Luz St Sauveur élémentaire
Luz St Sauveur maternelle
Montastruc élémentaire
mouledous élémentaire
Nistos primaire
Ossun primaire
Peyraube élémentaire
Saint Lary primaire
Seron maternelle
Siarrouy Tarasteix Cycle 1
Siarrouy Tarasteix Cycle 2 et 3-
Sinzos élémentaire
Uglas primaire
Vielle Aure primaire

VOTE

POUR : 7

CONTRE : 0

ABST : 6

REFUS DE VOTE : 3 (Sgen-CFDT)

 

2. CHANGEMENTS D’HORAIRES DANS LE CADRE DE LA SEMAINE 4.5 j.

  Pour les écoles de Madiran/Castelnau RB et Liac/Monfaucon/Lafitole

VOTE

POUR : 16

CONTRE : 0

ABST : 0

REFUS DE VOTE : 0

 

Déclaration du Sgen-CFDT

Nous avouons ne pas trop comprendre ce qui s’est passé ces dernières semaines.

Le programme du candidat Macron contenant effectivement le retour possible de la semaine de 4 jours.

Nous avons entendu notre Ministre, le 27 juin, déclarer à la presse qu’il n’était pas pour le retour de la semaine de 4 jours…

Le lendemain 28 juin un courrier de notre Ministre aux recteurs leur ordonnait de ne faire aucun obstacle à un retour à la semaine de 4 jours dès septembre, quitte à bousculer les calendriers et les concertations…

Le lendemain 29 juin, les services académiques prévenaient les organisations syndicales de la convocation d’un CDEN autour du 10 juillet.

Le lendemain 30 juin, lors d’un CTA, Mme la rectrice précisait que pour les rythmes, rien ne pressait, qu’il fallait le temps du dialogue et qu’un CDEN en juillet était trop précipité…

Pourtant nous sommes là.

On a eu mieux comme communication officielle…

Remettons les choses dans le bon contexte… le seul et unique responsable d’une gestion si chaotique des rythmes scolaires est le ministère de l’Education Nationale qui ne donne aucune directive claire et cohérente aux échelons locaux.

Notre administration se trouve devant des injonctions contradictoires et une pression inconfortable.

Nous ne parlons même pas du changement radical de logiciel sur les rythmes scolaires que doivent opérer recteurs, dasen et ien…

Nous ne nous satisfaisons pas de ces aller-retour qui ne redorent en rien l’image d’un service public d’Education de qualité, bien loin des mots écrits dans la lettre envoyée par notre ministre aux enseignants.

Au final, les équipes et mairies souhaitant changer de rythmes ne vont avoir de retour officiels qu’à partir du 13 juillet… dans ce cas, qui contactera les familles pour les informer d’un quelconque changement ? … Qui contactera les collègues sur des postes fractionnés ou à temps partiels qui auront l’éventuelle surprise de découvrir un changement d’emploi du temps ?

Nous espérons d’autre part que les demandes examinées lors de ce CDEN ne mettront pas en péril des emplois de personnels.

Sans redire ce que nous avons longuement dit lors du dernier CDEN, nous tenons à affirmer

- Que les décisions prises par ce ministère sont en fait la renonciation de l’État à structurer une politique enfance jeunesse ambitieuse, de qualité, qui intègre une réflexion sur les rythmes des enfants, qui intègre les apports de différentes recherches et de différents rapports d’évaluation sur les rythmes de l’enfant et sur les projets éducatifs de territoires.

- Que la volonté de nombreux collègues à revenir à un mercredi libéré est le signe d’une profession confrontée à des difficultés de plus en plus lourdes d’exercice de leur profession.

- Qu’un des buts de ce retour à la semaine de 4 jours, et c’est peut-être le seul, c’est bien d’économiser 400 millions d’€ sur le futur budget…

Notre vote. Face à cette situation chaotique, nous n’allons pas voter contre ces demandes puisqu’elles émanent du vœu d’équipes d’enseignants. Par contre nous ferons comme notre fédération lors du Conseil Supérieur de l’Education un refus de vote.