Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








CR CDEN du 6 octobre

le 7 octobre 2015


- CR du CDEN de rentrée
- baisse des effectifs dans le premier degré...
- ce qu’a dit le Sgen-CFDT

CDEN du 6 octobre.

CR du Sgen-CFDT MP 65

 

La Préfète était absente. Dasen, Conseil général, les 4 syndicats, la FCPE, les représentants des maires, la représentante des associations complémentaires.

 

Déclaration préalable du Sgen-CFDT.

 

Pour ce CDEN de rentrée, nous souhaitons faire remonter plusieurs points.

 

· Tout d’abord, insister sur les difficultés sociales toujours importantes dans le département (taux de chômage supérieur à la moyenne régionale, fermetures de nombreuses entreprises depuis quelques mois) avec une paupérisation accrue de nouveaux quartiers sur Tarbes (nous pensons à Bel-Air sur Tarbes et les écoles Voltaire et Ormeau-Figarol).

· Ensuite, pour les personnels de l’Education nationale, la difficulté de travailler dans la contradiction entre un projet de construire un enseignement plus exigeant, plus juste et pleinement républicain et une société travaillée par la tentation du repli sur soi et le populisme.

· Enfin, sur un autre plan, le ressenti de plus en plus accru des inégalités salariales entre personnels du premier et second degré.

 

Pour faire face, les personnels ont besoin de soutien, de perspectives claires et de garanties solides. Ils veulent :

· Être sûrs de la confiance que le gouvernement et la société accordent aux professionnels des services publics. Certaines petites phrases de membre du gouvernement font mal.

· Être sûrs de la cohérence des réformes entreprises avec des objectifs de service public qui donnent sens à leur travail.

· Être sûrs que des perspectives d’amélioration de leurs conditions de travail et de revalorisation de leurs métiers sont ouvertes.

Sur ce dernier point, et nous aurions voulu nous adresser à Mme la Préfète, représentante de l’Etat..., une longue négociation vient de s’achever qui a abouti à l’accord sur les Parcours professionnels, les carrières et les rémunérations. Si la CFDT se félicite que les dispositions de cet accord négocié et signé par 6 syndicats représentant 49 % des personnels puissent bénéficier à tous les personnels de la Fonction publique, elle regrette vivement que cet accord rejeté majoritairement  renvoie au seul gouvernement la décision de l’appliquer en passant outre les règles de la négociation.

 

Sur la rentrée dans nos écoles

 

Si l’on voit la bouteille à moitié pleine, plusieurs satisfactions :

- le protocole départemental permet 3 années sans retrait d’emplois. Au-delà des échanges du comité de pilotage, c’est maintenant aux territoires de s’emparer de la problématique de leur carte scolaire en ayant l’exigence du débat démocratique avec tous les usagers de l’école. L’école est l’affaire de tous. Et bien sûr avoir pour ambition un service public d’éducation amélioré. Le CDEN doit aussi être le lieu d’information et d’échanges sur le déroulement de ce protocole.

- les difficultés de rentrée ont été atténuées par le recrutement dans le département de plus d’une dizaine de collègues, ainsi que des PE stagiaires. Sans cet apport de personnels, la rentrée aurait été extrêmement difficile.

 

Si l’on voit maintenant la bouteille à moitié vide, on notera l’incohérence entre les données chiffrées utilisées par le ministère pour établir le contrôle national des emplois, qui classe notre département en surnombre alors que la réalité sur le terrain fait apparaître un déficit important de personnels...

Bien entendu, les 72 retraits d’emplois dans le premier degré de 2007 à 2014 pèsent toujours dans l’organisation de notre service public d’Education et rendent difficile voire impossible, par exemple, une reconstruction de nos RASED. Difficile aussi le renforcement de nos moyens de remplacement et de notre formation continue.

Sur l’incidence de la non application de la réforme des rythmes dans le privé, nous demandons une analyse fine des éventuelles fuites d’élèves du public vers le privé.

 

Dans le second degré, sur la réforme des collèges, le ministère est en train de rater la mobilisation des acteurs (professeurs et personnels de direction) faute de s’en donner les moyens. Le manque d’informations claires sur le dispositif de formation à venir est un facteur d’inquiétude. Le Sgen-CFDT continue de demander des périodes de temps banalisé, pour faire travailler les équipes dans des formations sur site et collectives.

 

Pour ce qui est de la réforme territoriale, nous souhaitons qu’un point soit fait dans cette assemblée sur les changements à venir en terme de compétence du Conseil départemental :

 

· sur la construction et l’entretien des collèges

· sur les transports scolaires

 

Sur les communes et intercommunalités, nous souhaiterions avoir un document présentant chaque année au CDEN l’état des compétences écoles.

 

Dernier point  : des collègues nous alertent sur des décisions de mairies ou de CC du département de réduire les horaires classe des ATSEM. Si ce mouvement n’est pas général, il est enclenché et ne peut que nous inquiéter puisque pour nous les Atsem sont un maillon essentiel de l’équipe éducative d’une école maternelle. C’est une conséquence directe de la baisse drastique des dotations de l’état aux territoires.

 

Réponses du DASEN

· Pour les ATSEM le DASEN dit ne pas avoir d’éléments. Le Sgen-CFDT fera donc parvenir au Dasen les éléments de son enquête.

· Sur la demande (FSU et Sgen-CFDT) de faire du groupe de pilotage protocole un GT du CDEN, le Dasen répond que le groupe de pilotage est un outil technique et que le CDEN aura à donner son avis sur les propositions que le Dasen fera.

 

Bilan de rentrée 1er degré.

Baisse dans le 1er degré (-171 élèves : -79 en élémentaire, -92 en maternelle) légère augmentation dans le second degré (+ 28).

 

1er degré

 

2010

2011

2012

2013

2014

2015

public

17 324

17 098

16 976

17 044

17 025

16 854

privé

2532

2537

2526

2453

2463

2519

 

Scolarisation des 2 ans

 

2013

2014

2015

démographie

2141

2245

 

public

446 (20.83%)

454(20.22)

378

privé

76(3.55)

90(4.01)

80

 

On assiste donc à une baisse démographique d’une centaine d’élèves et pour le public d’une perte supplémentaire de 70 élèves en faveur du privé.

Rappel : les prévisions tablaient sur + 12 élèves dans le 1er degré public. Une des raisons de la baisse du public en faveur du privé peut être la non application dans le privé de la réforme des rythmes (voir déclaration du Sgen-CFDT)

 

Cette baisse des effectifs ne remet pas en cause les termes du protocole (pas de retrait d’emplois pour 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017).

 

Pour les 2 ans, baisse de -76 élèves scolarisés. Ce n’est pas le privé qui prend. Pas d’explication car on n’a pas encore les données démographiques INSEE de 2015.

 

Le département passe de 800 classes à 793 classes.

 

Ouverture de rentrée.

 

· Juillan maternelle : 1 poste. L’ouverture était prévue pour un effectif supérieur à 120. Il y avait 122 inscrits à la rentrée.

· Castelnau RB. 23 inscrits, 26 attendus à la fin de l’année. Dès que cet effectif sera confirmé, ouverture d’un 0.5 poste.

 

 Carte scolaire 2016/2017

Le Dasen a déjà classifié les écoles perdant des effectifs et celles qui en gagnent cette année. Il travaillera sur les prévisions de Base élèves de novembre.

Pour le protocole, il nous dit engager dans une dizaine de territoires une concertation en novembre avec les élus pour une mise à plat de la carte scolaire. Rien n’est arrêté.

Le Sgen-CFDT a insisté pour que cette partie de la carte scolaire se fasse en toute transparence et non dans un unique dialogue Dasen/élu(s). Rappel des critiques sur la carte scolaire de l’an dernier. Le but n’est pas de casser ce qui marche.

 

Les changements d’horaires actés

· Labatut RV

· Larreule

Vote : pour 13 (dont Sgen, Unsa, Fsu), abstention 4 (Fcpe, Cgt)

 

Quelques infos

 

1. Elèves allophones nouvellement arrivés dans le département.

 40 1er degré, 16 2d degré

2. Réfugiés : le département pourrait accueillir 70 personnes, soit une vingtaine d’enfants. On est loin de la vague annoncée par certains...

3. Transports scolaires. Suite à la question du Sgen-CFDT, le Conseil Départemental répond : les élus départementaux vont demander une délégation au département pour garder cette compétence qui selon la nouvelle loi reviendra au Conseil régional.

 

Le Sgen-CFDT a redemandé que la Préfète donne aux membres du CDEN sa décision quant au taux de l’Indemnité représentative de Logement. Le Sgen-CFDT avait demandé une augmentation substantielle de cette IRL, ce qui avait été voté à l’unanimité par le CDEN.

La FSU a demandé que soit mis à l’ordre du jour d’un prochain CDEN le dossier MDPH et le dossier RASED, ce que nous avons soutenu.