Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








CR du GT carte scolaire académique du 8 janvier

le 9 janvier 2015


- carte scolaire académique.... en attente
- l’éducation prioritaire...

 Jeudi 8 janvier. 14h 30 / 17 h..

Mme la rectrice, M. J. Pierre, SG, le DASEN 31.

Sgen-CFDT, Fsu, Se-Unsa, Fo.

Education prioritaire

 

Position nationale du Sgen-Cfd : désaccord avec la démarche retenue par le ministère pour arrêter la carte des réseaux d’éducation prioritaire. En privilégiant “l’entrée collège” le ministère a de fait exclu les écoles “isolées” situées dans des quartiers en grande difficulté.

 

Cette situation kafkaïenne devait trouver une solution.

Sur l’académie.

7 écoles du 31 qui devaient sortir de l’Education Prioritaire à la rentrée 2015 viennent d’être rattachées à 2 collèges REP (Bécanne et Vauquelin). Elles conservent donc les moyens et indemnités REP. Attention, par leurs caractéristiques, les écoles du secteur Empalot de Toulouse devraient être classées en REP+.

Il reste encore des écoles orphelines, à Montauban en particulier. Le rectorat n’a pas fermé le dossier.

Attention aussi aux secteurs de l’académie en extrême difficulté économique et sociale dans lesquels les difficultés scolaires sont aigues ; pour exemple la suppression du RRS Montcuq Puy l’évêque qui fait partie du bassin économique sinistré de Fumel. Pour ces secteurs, le SG parle de traitement différencié qui peut être décidé par le DASEN.

Pour les écoles anciennement RRS d’Auch, Albi et Castres, l’éducation nationale et les mairies respectives finalisent des Conventions Académiques de priorités éducatives.

Pour les écoles en sortie de RRS, les DASEN ont consigne d’accompagner les écoles.

 

Nous n’avons pas eu lors de ce GT la liste des écoles REP et REP+, et la liste des écoles sortant du dispositif en CTA du 19 janvier.

Elle sera donnée pour le CTA

 

Attention, la liste de des écoles REP et REP+ est encore évolutive.

 

 

Carte scolaire 

 

Nous pensions que Mme la Rectrice allait nous présenter son projet de répartition des emplois du 1er degré.

Nous n’avons rien eu. L’administration n’a rien finalisé.

 

Ce que l’on a appris.

 

La dotation.

Dotation académique de +142 postes pour +2595 élèves attendus.

La répartition annoncée dans la presse n’a pas beaucoup de valeur aux yeux de Mme la rectrice :

  • 110 sont attribués au titre de la démographie.
  • 22 postes pour le critère social de l’académie :
  • 10 postes pour les départements concernés par le protocole rural

 

 

Les protocoles ruraux. Il s’agit de conventions passées entre les politiques d’un département et l’Education nationale : en échange de certaines restructurations, l’état s’engage à maintenir sur 3 ans les moyens (tout ou partie).

 

2 protocoles sont signés

Pour le 65 : pas de retrait en 2015/16/17 si restructuration.

Pour le 32 : un total maximum de + 3 postes sur les 3 années.

 

Pour le 09 et le 46 : protocole en attente. Il n’y aura pas maintien des postes car démographie en baisse.

 

Pour le 12 : pas de protocole à ce jour.

 

Carte scolaire 2015 : Le défi à relever :

De 2007 à 2015

+ 13 353 élèves

+ 183 postes.

Soit un poste pour 75 élèves.

 

La Rectrice nous a dit que tous les moyens disponibles seront mis sur le 31, le 82 et le 81 pour la démographie.

Il faudra, en plus des 142 postes, avoir recours à un redéploiement académique.

Dans ce contexte, il est plus que probable que le seul indicateur pour la répartition de la dotation sera la démographie. Les autres indicateurs : sociaux et territoriaux ne pourront pas entrer en ligne de compte.

 

La situation du 31.

En plus du défi démographique, ce département devra faire face à un accroissement des moyens pour l’Education prioritaire.

Rappel

2014 : + 2457 élèves et 148 postes

2015 : +2572 élèves et ? postes.

 

Ce qui peut être dit

Dans un contexte budgétaire très difficile, nous ne pouvons que souligner l’effort du gouvernement pour le budget de l’Education nationale.

Mais cet effort national est à mettre en face du défit que représentent les 80 000 emplois perdus entre 2007 et 2012 (-292 emplois 1er degré pour notre académie face à 5500 élèves supplémentaires…)

Ce budget doit rebâtir une formation des maîtres (25 000 postes en 2015), revaloriser l’indemnitaire des maîtres du premier degré et donner plus de moyens à l’Education prioritaire. Ce sont effectivement les ambitions affichées.

 

Sur le terrain, dans le premier degré, le premier constat c’est que deux dossiers sont en souffrance et restent en l’état depuis 2012 :

  • Les RASED : les 4000 emplois supprimés de 2008 à 2011 n’ont pas pu être réinjectés laissant la majorité des circonscriptions sans réponse pour la grande difficulté scolaire et particulièrement le rural isolé qui reçoit lui aussi de plus en plus de population en grande difficulté. Les collègues ressentent très durement le sentiment d’abandon lié à cette carence du service public.
  • Les remplacements. Les 1800 postes supprimés durant la même période n’ont pu être recréés. La continuité du service public n’est plus assurée dans nombre de départements, sans parler de la formation continue des maîtres.

 

Sur les priorités du ministère :

- La scolarisation des enfants de 2 ans. L’académie est à la rentrée 2014 en net recul (-5.5%), malgré une démographie positive. Et on ne peut même pas dire que c’est le privé qui prend les élèves puisqu’ils sont aussi en recul. Le dispositif a mobilisé dans l’académie 3 postes (sur 13 104 emplois) : la priorité n’en est donc pas une dans l’académie.

- Maîtres supplémentaires : 29.50 postes sont consacrés à cette priorité dans l’académie, dont seulement 4.5 postes nouveaux. Là aussi, on ne peut pas dire que cette priorité soit affichée par l’académie.

 

CONCLUSION

Nous aurons le projet des dotations par département 8 jours avant le CTA du 19 janvier.