Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Audience rectorat

le 6 mai 2014


- le Sgen-CFDT MP a été reçu en audience au rectorat le 28 avril 2014
- Parmi les points abordés, plusieurs points 1er degré à la demande de notre organisation :- carte scolaire de l’académie à court et moyen termes : évolution du réseau des écoles/RPI dans les départementaux ruraux - gestion des personnels : stagiaires, M2, PEMF-MAT,

Le Sgen-CFDT Midi-Pyrénées (délégation 1er degré composée de Vincent Gomez et Gilles Verdier, Nadine Bielle pour les non enseignants, José Jorge et Alex Dessens pour les personnels de direction) a été reçu en audience le lundi 28 avril 2014 par M. Pierre (Secrétaire Général de l’académie) et M. Mack (Direction de l’Organisation Scolaire du Rectorat).

Parmi les points abordés, plusieurs points 1er degré à la demande de notre organisation :

  • carte scolaire de l’académie à court et moyen termes : évolution du réseau des écoles/RPI dans les départementaux ruraux
  • gestion des personnels : stagiaires, M2, PEMF-MAT, …

 

CARTE SCOLAIRE 1er DEGRE ACADEMIQUE

Le constat est établi et partagé que les départementaux ruraux de notre académie ne peuvent plus continuer à subir des ponctions de postes dans les années à venir afin d’abonder la dotation de Toulouse (en explosion démographique).

 

Pour le Sgen-CFDT Midi-Pyrénées, il n’y aucun tabou sur ce sujet. Depuis des années, nous constatons des cartes scolaires catastrophiques engagées qu’avec le seul critère « de rendre le nombre de postes demandé sans réflexion structurelle ».

 

M. Pierre nous confirme que c’est le seul moyen pour l’académie d’obtenir du Ministère une attention particulière, c’est-à-dire un engagement à maintenir le nombre de postes budgétaires pour 3 ans bien que les effectifs d’élèves diminuent, au même titre que le département pionnier du Cantal (0 suppression de poste cette année malgré une baisse d’effectifs suite à la signature d’une convention sur les 3 prochaines années).

 

Ce que nous a précisé le secrétaire général suite à nos questions et arguments :

· suite à l’intervention concertée de nombreux élus de la Région (Conseillers Généraux, maires, députés, sénateurs…) auprès de l’ancien ministre Peillon, l’académie de Midi Pyrénées a bénéficié d’une dotation complémentaire de 17 postes répartis directement par le Ministère sur 5 départements (Ariège, Aveyron, Gers, Lot, Hautes-Pyrénées).

· par une lettre de V. Peillon aux différents élus puis une lettre de Mme la Rectrice aux 8 DASEN de l’Académie, le Sgen-CFDT prend acte d’une volonté d’engager dans chaque département une réflexion sur l’évolution du maillage des écoles rurales dès maintenant.

· chaque DASEN est missionné pour engager le plus tôt possible (dès mai 2014) son département dans la réflexion de l’évolution de ce maillage territorial avec tous les partenaires de l’Ecole (élus, parents, syndicats, Conseil Général…) pour des 1ères décisions avant la carte scolaire 2015-2016 (de janvier 2015).

· pour le SG, les situations entre les 5 départements sont très diverses et nécessiteront des axes de travail personnalisés à chaque réalité locale.

· selon lui, un des axes de la restructuration doit reconsidérer une nouvelle carte des RPI déconcentrés puisque certains RPI trop anciens (fin des années 1970) ne répondent plus aux réalités de terrain. Toujours selon lui, une des autres réalités de notre académie, dévoreuse d’emplois, vient du fait que 20 % des écoles sont à classe unique (le double du taux national).

· toutefois, il n’est pas question de supprimer certains RPI et/ou classes uniques qui répondent à une obligation territoriale.

· Contrairement aux 1ers échos que nous avions, il nous a bien été confirmé, à notre demande, que les DASEN pourraient utiliser les postes dégagés à des priorités départementales et pas seulement nationales (plus de maîtres que de classes, numérique, scolarisation des moins de 3 ans). Les postes dégagés, après restructuration, serviraient donc à répondre à des difficultés départementales reconnues, par exemple le remplacement dans le Gers.

 

 

GESTION DES PERSONNELS : CONCOURS, PEMF…

  • Résultats académiques du CRPE et conséquences départementales. Les résultats du "CRPE 2014 exceptionnel" sont tombés la semaine dernière. Nous avons fait part au Secrétaire Général de notre étonnement : pour la 1ère fois sur l’académie, tous les postes mis au concours ne sont pas pourvus !!

48 postes sur 300 (dont 9 en occitan et 37 au concours externe) restent sur le carreau ! L’académie ne pouvant pas rester sans enseignants devant les élèves, le Sgen-CFDT Midi-Pyrénées a fait des propositions concrètes : la plus importante qui nous est particulièrement chère est de permettre à des enseignants titulaires en attente d’une mutation depuis des années d’intégrer notre académie ; en effet, bon nombre de ces collègues sont dans des situations difficiles (familiale, santé, handicap, …). Le Secrétaire Général va dans notre sens et pense qu’une vingtaine de collègues pourraient bénéficier d’un Ineat-Exeat sur le contingent des 48 postes non pourvus. Cette décision, si elle se confirme, recueillera tout notre soutien puisqu’elle résoudra des situations inextricables de collègues que nous suivons au quotidien.

 

Concrètement, le nombre de PES initialement prévu (12 dans les Hautes-Pyrénées) sera revu à la baisse ce qui se traduira par moins de blocages de postes pour PES que prévu, environ 1 à 3 de moins selon les départements.

Il nous a été confirmé qu’il n’y a eu aucune consigne donnée aux différents jurys pour arriver à cette situation de pénurie. Notons qu’il y a 21 académies qui rendent elles aussi des postes à ce concours. Les étudiants se retrouvant avec une note éliminatoire (les zéros sur vingt sont nombreux) n’ont malheureusement aucun recours puisque le "jury est souverain" (cf. combat syndical mené dans d’autres académies l’an passé - toutefois, le Sgen reste aux côtés des étudiants... contactez nous ).

Autres infos et commentaires :

* des lauréats avec une note de 01/20 sont admis cette année...

* des collègues actuellement en classe (1,5 jour par semaine en responsabilité et répondant parfaitement aux attentes) se retrouvent avec un zéro éliminatoire : situation ubuesque !).

* une réflexion nationale est en cours pour ré abonder le CRPE de juillet 2014 des postes non pourvus (soit en augmentant le nombre de places sur la liste principale, soit en utilisant la future liste complémentaire, soit en recrutant des contractuels (ces 2 dernières solutions ne sont pas satisfaisantes pour le Sgen-CFDT Midi-Pyrénées car elles vont à l’encontre d’un des actes de la Refondation, à savoir le retour de la formation initiale.

  • Echanges de département. Le Sgen-CFDT a obtenu qu’un groupe de travail d’échanges de département pour les lauréats du CRPE exceptionnel se tienne ; cela signifie que contrairement à cette année, les stagiaires pourront demander à bénéficier d’un changement de département pour leur année de stagiaire. Plus d’infos dans les jours à venir...
  • Emploi du temps PES. Les futurs PES à mi-temps travailleront, à la prochaine rentrée en alternance classe/ESPE sous le rythme suivant : 2 semaines de suite avec 2 jours par semaine en classe + 2,5 jours de formation à l’ESPE puis 2 semaines avec 2,5 jours en classe + 2 jours de formation.
  • Stagiaires et formation. Les stagiaires 1er et 2nd degrés qui seront en classe à temps plein (concours exceptionnel) bénéficieraient d’une semaine d’accueil et de formation (sic) fin août. Le Secrétaire Général n’exclut pas que ces stagiaires puissent bénéficier de rares formations durant l’année mais que cela posera de fait des problèmes de remplacement dans les départements ! Cette réponse « très logistique » ne nous convient pas car tous les stagiaires devraient bénéficier d’une formation à l’ESPE ! Chacun "bénéficiera" d’au moins 2 visites sur l’année… c’est bien peu !!
  • Mi-temps, temps plein… Le Sgen-CFDT Midi-Pyrénées a questionné le Secrétaire Général sur le risque de voir des stagiaires (concours 2014) déjà titulaires du M2 se faire imposer un temps de service à temps complet (l’année de stagiaire devant permettre à certains de valider leur M2). La réponse est claire : les stagiaires déjà titulaires du M2 pourront, à leur demande, bénéficier tout de même de la formation à l’ESPE. Mais quel collègue accepterait d’être à temps plein sans formation et sans suivi régulier à la prochaine rentrée ?
  • PEMF. A la prochaine rentrée, 5 postes budgétaires 1er degré - sur la dotation académique - seront proposés à 30 PE (environ 3 par département) titulaires du CAFIPEMF pour un temps de service d’une journée environ uniquement à l’ESPE dans le cadre de la formation initiale. Le Sgen-CFDT a insisté sur l’importance d’avoir un pourcentage significatif de PEMF « maternelle » pour que les spécificités pédagogiques de cette école soient bien présentes. Nous demandons un appel à candidature clair et officiel dans chaque département.
  • Indemnité tuteurs M2. Nous sommes à nouveau intervenus sur la mise en paiement de l’indemnité de tuteur (400 euros/an) pour les collègues (PEMF-MAT, directeurs et temps partiel...) qui sont déchargés à l’année par un M2. Notre intervention dans des départements a porté ses fruits d’où notre demande de généralisation académique.