Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








Elections municipales : faire barrage au Front National

le 24 mars 2014


- Suite aux résultats du premier tour des élections municipales, la Commission exécutive de la CFDT appelle les salariés à se mobiliser dans les urnes le 30 mars pour faire barrage au FN.
- analyse sur le collectif RACINE
- la brochure de l’association VISA
- la conférence de presse départementale CFDT, CGT, FSU et Solidaire

L’appel du bureau national

Le premier tour des élections municipales est marqué par une montée très inquiétante du vote d’extrême-droite en faveur du Front national et, en parallèle, par une hausse significative de l’abstention.

La crise économique et sociale qui perdure est évidemment le terreau favorable au repli sur soi. L’absence de visibilité et de sens des politiques menées ces dernières années, par les différents gouvernements, ainsi que la succession des affaires achèvent de semer le doute pour nombre de nos concitoyens. Les postures extrémistes, d’où qu’elles viennent, alimentent la désespérance.

En tant qu’organisation syndicale attachée à la démocratie et aux valeurs de la République, la CFDT ne peut rester ni silencieuse, ni passive. L’issue à la crise passe par la recherche de solutions concrètes aux problèmes de chômage, d’inégalité, de malvivre et de pauvreté. Les solutions prônées par le Front national sont aux antipodes de ce qui peut ramener la confiance et la sérénité pour construire l’avenir. Les logiques d’affrontement, d’isolement national ou de replis communautaires sont sources de confrontation et de violence.

La CFDT appelle les électeurs à se mobiliser et, en toute circonstance, à faire barrage au Front national.

Des outils pour agir

> Vrai Faux - Les mensonges du Front national

> Argumentaire - Le FN, un parti comme un autre ?


Tous sur le collectif RACINE

Le Collectif Racine est apparu il y a bientôt un an (tribune publiée en mai 2013 dans « Le Figaro ») et s’est fondé officiellement le 12 octobre 2013 en présence de la présidente du Front National, Marine Le Pen, et d’un de ses vice-président, Florian Philippot. C’est la première fois depuis la scission mégrétiste de 1998-1999 que ce parti, sous la couverture du Rassemblement Bleu Marine, tente de construire un outil politique au sein d’un milieu enseignant qui reste très réfractaire aux idées de l’extrême-droite (comme l’indique la faiblesse du vote enseignant en faveur de Marine Le Pen à la Présidentielle de 2012, autour de 5%). Cet article vise à faire le point sur le projet de ce collectif, ses idées et son impact sur le milieu enseignant.

Voir PJ.

 LA CONFERENCE DE PRESSE

Les syndicats se liguent contre l’extrême droite

Félix Ayllon, CGT ; Michel Torrès, FSU ; Christophe Blanchard, Solidaires ; Gilles Verdier et Patrick Delaporte, CFDT./Photo Laurent Dard.

Félix Ayllon, CGT ; Michel Torrès, FSU ; Christophe Blanchard, Solidaires ; Gilles Verdier et Patrick Delaporte, CFDT./Photo Laurent Dard.

Ils ont décidé de se prononcer contre l’extrême droite. Les organisations syndicales du département ont annoncé un mouvement face à « l’imposture de l’extrême droite ».

La CFDT, la CGT, FSU et Solidaires, qui d’ordinaire ne se prononcent pas pour un parti, ont fait le choix de se liguer contre le Front national. « Quand il s’agit du FN, on n’est pas sur le panel des partis traditionnels », a précisé Michel Torrès, membre de la FSU, pour justifier cette prise de parti à l’orée des élections municipales. « Le programme du Front national est ahurissant de contresens, ajoutait Gilles Verdier, de la CFDT. C’est exceptionnel pour un syndicat de se prononcer contre un parti, mais ils n’aiment pas les organisations syndicales. Ils aimeraient mettre l’individu seul face aux autres. » « Avec une extrême droite qui prospère, surfant sur une désespérance sociale, on a notre mot à dire, avouait Félix Ayllon. Notre organisation est contre toute sorte de discrimination, de plus, le FN sert les intérêts du Medef. » Pour Christophe Blanchard, de Solidaires : « Les politiques d’austérité déçoivent les gens. Frustrés, sans projet, il leur faut trouver un bouc émissaire et c’est ce que fait Marine Le Pen. Pas seulement avec les immigrés mais aussi avec les chômeurs, les Français touchant des aides… Nous sortons de notre réserve pour dissiper la nébuleuse sur laquelle surfe le FN ». La CGT et la CFDT ont déjà publié un « argumentaire » à tous les salariés, contrant un à un le programme du FN. Leur but : « armer les salariés contre l’argumentaire frontiste ».

Paul Delpuech

L’association VISA

Lire et faire lire la dernière brochure de VISA : pas de pouvoir au FN ! Barrage syndical antifasciste

L’association VISA (Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes) est née du mouvement Ras l’Front qui a structuré la lutte contre le Front National dans les années 90. Elle est composée de syndicalistes issus des différents courants du mouvement syndical (CGT, CFDT, Solidaires, FSU principalement). Ces syndicalistes, depuis 1996, recensent, analysent, dénoncent les incursions de l’extrême droite et plus particulièrement du Front National sur le terrain social....

Rapide descriptif de la dernière brochure de VISA : Pas de pouvoir au FN !

Pour se procurer le dernière brochure de VISA : Pas de pouvoir au FN :

Écrire à versailles@sgen.cfdt.fr

- Vrai/ Faux : les mensonges du FN : à lire et à diffuser !

Philippe Brard, militant de VISA et du Sgen-CFDT Académie de Versailles

Documents joints