Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Syndicat Général de l'Education Nationale

Sgen-CFDT Hautes-Pyrénées

Eth sindicat de nosta








CTA du 16 janvier : le département doit encore rendre 8 postes ...

le 16 janvier 2014


- Le Comité Technique Académique s’est tenu le 16 janvier au rectorat
- La Rectrice a annoncé sa proposition de répartition des 150 postes 1er degré
- Le département perd 8 postes
- Réactions du CTA
- La répartition

CTA du 16 janvier

Lors du CTA du 16 janvier, la Rectrice a présenté aux représentants du personnel (Sgen-CFDT, Fsu, Unsa Education) sa proposition de répartition des 150 postes 1er degré entre les 8 départements.

Rappel : La dotation

159 emplois en 2013, 150 emplois en 2014 : c’est effectivement un retour à l’investissement éducatif pour le premier degré alors que les dotations précédentes s’affichaient depuis plusieurs années en négatif.

Mais depuis le mois de septembre, le Sgen-CFDT MP alerte les politiques sur l’obligation d’obtenir une dotation exceptionnelle afin d’accompagner l’énorme poussée démographique du pôle métropolitain toulousain.

Le CDEN des Hautes-Pyrénées a voté dans ce sens, à l’unanimité, le 14 janvier la motion présentée par le Sgen-CFDT MP 65 :

A la veille du CTA du 16 janvier, les membres du CDEN des Hautes-Pyrénées demandent que la carte scolaire des départements de la Haute-Garonne et du Tarn-et-Garonne fasse l’objet d’une dotation en postes exceptionnelle à la hauteur du défi démographique qu’ils connaissent. Les membres du CDEN refusent la logique d’un redéploiement académique qui priverait les départements périphériques, dont les Hautes-Pyrénées, de moyens nécessaires au fonctionnement de leur service public d’éducation.

 

La répartition de la rectrice.

La répartition de ces 150 postes proposée par la Rectrice nous montre les limites de l’exercice… : la priorité affichée de concentrer les dotations sur le 31 et le 82 aboutit à supprimer des moyens d’enseignement dans les départements périphériques. Cette priorité va mettre à mal la carte scolaire des départements à forte spécificité rurale. Ces départements espèrent aussi du changement.

 

 

Département

09

12

31

32

46

65

81

82


 

Dotation

-3

-4

148

-7

-8

-8

3

29


150

Rappelons l’ampleur du déficit qui ne fera que s’accentuer dans les années qui viennent si aucune dotation exceptionnelle n’est octroyée au 31 et au 82 : sur les 6 dernières années l’académie aura accueilli 11 639 élèves en plus avec 24 postes en plus… (voir tableau en PJ)

C’est sur cette base que la carte scolaire 2014-2015 est bâtie. L’équation est impossible. Aucune répartition des 150 postes ne peut donner satisfaction aux 8 départements. Pour le 31 et le 82, cet apport de postes n’est pas à la hauteur du défi démographique et pour les départements périphériques où l’on doit recréer des postes de remplaçants, de Rased, ouvrir des classes... le redéploiement va entraîner un nombre de suppressions ingérable. C’est inadmissible. 

 

Enfin, la décision gouvernementale de reporter toutes les opérations de carte scolaire après la période électorale est choquante : l’école mérite mieux que des considérations électoralistes

 

Dans de nombreuses académies, les Dasen ont annoncé aux représentants des personnels que les mesures de carte scolaire sur les ouvertures et fermetures de classe ne seront connues qu’après les élections municipales.

Pour le Sgen-CFDT, il est regrettable que l’intérêt des personnels administratifs et enseignants, des élèves et de leurs familles, passe après les préoccupations politiciennes qui commandent le calendrier des campagnes électorales.

En effet, retarder les décisions de carte scolaire compliquera les opérations d’affectation des personnels et la préparation de la rentrée 2014 dans les écoles. Cela aggravera les conditions de travail des personnels administratifs et mettra en difficulté les municipalités qui doivent prévoir des mesures d’accompagnement. Cette décision est particulièrement malvenue au moment où se généralise le passage à la semaine de 4,5 jours.

Le Sgen-CFDT demande au Ministre de l’Éducation de revenir à un calendrier plus respectueux de l’organisation de l’école.